13 BLACK BLOCS lâchés dans la nature

10 décembre 2019

Samedi 7 décembre 2019, à quelques heures de la manifestation des gilets jaunes, l’anticipation et la réactivité des différents services de la DDSP de la Gironde, avec l’appui des collègues de la BRI de la DIPJ Bordeaux, ont permis l’interpellation dans un appartement du Bouscat de 16 individus activistes de l’utragauche issus de la mouvance black blocks

 

L’enquête diligentée pour des faits qualifiés d’association de malfaiteurs en vue de commettre des dégradations en réunion, violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique et dégradations volontaires en réunion a permis de déférer devant le Procureur de la République les 16 individus.

 

Alors que le Procureur de la République a rendu des réquisitions de placements en détention provisoires pour l’ensemble des individus, le JLD a délivré trois placements en DP et les 13 autres sous contrôle judiciaire.

 

Et pourtant, acide chlorhydrique, mèches, boules d’aluminium et bouchons équipés de clous, ont été retrouvés lors de la perquisition.

 

Pire une des mis en cause libérée attend une comparution devant le Tribunal Correctionnel pour des faits similaires commis lors du précédent G7.

 

Nul doute des intentions criminelles de ces activistes !

 

Tous les critères pour un placement en DP étaient réunis.

 

Une décision du JLD qui laisse sans voix

 

UNITÉ SGP POLICE FO ne souhaite pas remettre en doute ou contester l’indépendance des JLD.

 

Dans un contexte où les policiers sont régulièrement menacés et agréssés par les black blocs, anarcho-libertaires et ultra-jaunes, nous alertons la chaîne judiciaire de la détermination de ces mouvances de porter atteinte à la vie et à l’intégrité physique des policiers.

 

Des mesures coercitives doivent être prises lors de la présentation de ces individus à la justice.

RégionsÉchos de la région OUEST