Agissements et sanction qui posent de réelles questions

19 juillet 2018

UNITÉ SGP POLICE a pris acte du comportement déplacé et violent exercé par un des collaborateurs de la Présidence de la République.

 

Ces violences exercées par une personne usant, de manière illégale, d’effets de policier, viennent ternir l’image de la Police Nationale Républicaine.

 

Alors que des policiers sont souvent montrés du doigt, accusés et jetés en pâture à la vindicte populaire, pourquoi n’y a-t-il pas eu de réaction plus rapide ?

 

UNITÉ SGP POLICE, et les policiers qu’il représente, s’étonnent qu’il ait fallu autant de temps pour que cette affaire éclate au grand jour.

 

Qui a pu autoriser ce conseiller à s’immiscer, avec casque et brassard, au milieu d’un maintien de l’ordre dont tout le monde connaissait les risques ?

 

Enfin, comment expliquer à des policiers qui sont de plus en plus contrôlés, qui font l’objet de peines exemplaires pour des faits bien moindres et non médiatisés, qu’une exclusion de 15 jours est la sanction la plus haute jamais infligée à un collaborateur de l’Elysée ?

 

UNITÉ SGP POLICE demande que toute la lumière soit faite sur ce dossier, ceux qui portent un casque, un brassard, quotidiennement pour protéger la république méritent à minima ce respect.

PublicationCommuniqués de presse