Béziers : un hôtel de police flambant neuf pour fin 2020

10 septembre 2018

L’architecte doit être choisi dans le courant du mois de septembre.

 

« C’est un magnifique projet », lancent conjointement le commissaire Benoît Desmartin et le sous-préfet Christian Poujet. Et pour cause, l’extension promise depuis des décennies aux fonctionnaires de police de Béziers, n’est aujourd’hui plus un vieux serpent de mer. Entre 2019 et 2020, l’hôtel de police va faire l’objet d’une vaste opération immobilière, avec agrandissement et réhabilitation des locaux.

Coût du projet : 8,4 M€

Premier acte concret, la signature en avril 2017, du rachat par le ministère de l’Intérieur, de l’ancienne banque Caisse d’épargne jouxtant le commissariat. Une première enveloppe d’1,5 M€ injectée. « Un signe fort ! »

 

Deuxième signe fort.

L’annonce, en février dernier, dans la programmation immobilière 2018 2020 du gouvernement de trois grosses opérations pour l’Hérault. Parmi elles, 8,4 M€ consacrés à l’extension de l’hôtel de police. Enfin, troisième cap franchi, l’appel à candidatures aux cabinets d’architecture par la préfecture de zone à Marseille. « Au début de l’été, trois ont été présélectionnés, annonce le représentant de l’état. Courant septembre, le choix définitif sera révélé. » Installé actuellement dans un immeuble du centreville, le commissariat central est aujourd’hui trop à l’étroit.

 

Vétuste, le bâtiment n’est plus adapté aux besoins et aux missions actuelles de la police. Les syndicats de police l’ont d’ailleurs martelé à maintes reprises et au travers de plusieurs actions fortes. On se souvient, en 2013, du droit d’alerte sanitaire opposé au CHSCT. Ou, plus récemment, en 2014, où le premier syndicat de gardiens de la paix, UNITÉ SGP POLICE FO avait épinglé humoristiquement, dans son magazine interne, le bâtiment biterrois, en lui décernant un "17 d’or" dans la catégorie des "Poulets Rôtis".

 

Un outil de travail plus performant Le dossier aboutit donc « à la rénovation et à la construction d’un nouveau commissariat. Nous sommes très satisfaits », reprend le commissaire Desmartin. « La moyenne prévoit 12 m² par agent. Actuellement, chacun dispose de 6 m² », détaille le sous-préfet Pouget. Fin 2020, les 240 personnels de l’hôtel de police disposeront donc d’un outil de travail neuf, plus grand et permettant de répondre aux enjeux de sécurité de la circonscription. Les travaux démarreront à l’été 2019 Lorsque le choix de l’architecte sera effectif d’ici la fin du mois, dès lors, les études du chantier qui s’annonce colossal, vont être affinées jusqu’au mois de juin 2019.

 

C’est à l’été prochain que le premier coup de pioche sera donné. Pour un calendrier de travaux qui vont s’échelonner sur dix huit mois si aucun retard ne se manifeste. Pour le commissaire Benoît Desmartin, l’objectif est d’avoir « un commissariat imaginatif à l’horizon 2050. On réfléchit à l’organisation. » Et de reprendre avec Christian Pouget : « Le gros travail va être d’imaginer le scénario des travaux pour ne pas perturber le fonctionnement quotidien. »

 

RégionsÉchos de la région SUD