Barbe et tatouages désormais autorisés dans la police

11 juillet 2015

Les policiers peuvent désormais porter une barbe «soignée» et des tatouages dénués d'un caractère raciste, politique, religieux, ou xénophobe.

 

Cette pratique était jusqu'à présent proscrite.  

 

C'est une petite révolution pour les gardiens de la paix. Les agents de la police nationale peuvent désormais porter la barbe ou arborer des tatouages. Cet événement marque la fin d'un point de règlement datant de 1974 qui les en empêchait. Depuis cette date, le look des policiers était étroitement encadré.

 

Après deux années d'âpres négociations, le syndicat Force ouvrière a annoncé mercredi avoir obtenu ce droit, acquis le 17 juin dernier. Jusqu'à présent le règlement général de la police nationale (RGPN) autorisait les «moustaches bien taillées» et dans certains cas la barbe si un certificat médical prouvait que la personne en avait «besoin».

 

Dans un communiqué, Force ouvrière précise que ces négociations découlaient «d'une forte demande du terrain».

 

Comme le rappelle RTL, les médecins chargés de recruter les futurs gardiens de la paix dénombrent chaque année de plus en plus de candidats portant une barbe, un piercing ou des tatouages.

 

Il était donc important de suivre cette évolution. «Si on veut une police au plus près de la population, il faut s'adapter aux évolutions de la société et rénover le règlement qui date de 1974», explique Yves Lefebvre, secrétaire national du syndicat, chargé des conditions de travail. Mais attention, il ne faut pas s'attendre à voir les policiers avec des barbes désordonnées ou des tatouages provocants puisque certaines conditions sont encore à respecter.

 

«Les tatouages ne doivent pas avoir de caractère raciste, politique, religieux, xénophobe… Quant à la barbe, elle doit être soignée et compatible avec le port d'équipements», indique le communiqué. «La barbe doit être propre et bien taillée, on ne veut pas de barbes de légionnaires», précise Yves Lefebvre.

 

Source : Le Figaro du 09 juillet 2015

RégionsÉchos de la région SUD