Camps de migrants à Calais (62)

28 mai 2014

« Il nous a été demandé de garder les douches des migrants pendant quatre jours alors que la municipalité proposait un service de sécurité privé, souligne Gilles Debove, représentant syndical UNITÉ SGP POLICE FO.

 

Quand on pense au coût de cette surveillance et au fait que c’est moins de fonctionnaires pour la sécurité des Calaisiens... Tous les repos des fonctionnaires ont été gelés. »

 

Le représentant syndical ajoute que ce démantèlement ne fera que déplacer le problème : « Ce sera la même chose dans six mois et toujours avec de moins en moins de fonctionnaires.

 

Il ne faut pas oublier qu’on travaille sur ordre. On vit cette situation comme des boucs-émissaires.

 

On a alerté sur l’explosion du nombre de migrants au centre de rétention. Aucune décision n’a été prise. »

RégionsÉchos de la région NORD