Déclaration préalable CTSD Versailles

26 mai 2015

Pour ce premier CTSD de l’année, nous tenons à souhaiter la bienvenue à Monsieur le Préfet sur le département du Val d’Oise.

 

Nous avons une pensée particulière pour nos Collègues morts pour la France en service, tombés sous les balles des terroristes en début d’année. L’ordre du jour de ce comité technique est bien rempli et engage une nouvelle fois certaines circonscriptions sur des restructurations qui mettent à mal les services publics de Proximité.

 

En effet, ces changements ne vont sûrement pas améliorer les capacités opérationnelles des services mais mettent un terme à une sécurité de proximité par des restructurations contraignantes pour nos collègues. Une présentation sur le thème de l’amélioration opérationnelle n’est qu’une manipulation produite par les économies budgétaires. Demain le réveil sera douloureux car des zones sensibles auront été abandonnées sur des créneaux horaires importants. Dans quelques temps et au gré des mouvements de mutation, nos Collègues seront mis en difficulté par un manque d’effectifs tout en continuant à assurer la sécurité d’une population plus importante.

 

Plusieurs exemples par le passé nous ont prouvé qu’une véritable sécurité ne peut se faire que par une proximité et une connaissance de la population des secteurs, particulièrement en ZSP, la proximité est la seule garantie d’une véritable sécurité pour nos concitoyens. Malheureusement nous payons chèrement la déflation des effectifs depuis 4 ans c’est plus de 300 Policiers qui ont quitté notre Département sans être remplacés.

 

Qu’adviendra –t-il de la BST de VILLIERS LE BEL qui a fait un travail remarquable jusqu’à présent. Elle est dissoute au même titre que la BAC Départementale. Qu’en-est-il de la doctrine d’emploi établie par la Direction centrale pour ces unités ? Quelles seront les conditions de travail de nos Collègues lorsque dans la précipitation on transforme des vestiaires en bureaux, un garage en vestiaires et que les places de stationnement sur le site du Commissariat de SARCELLES ne permettent pas d’accueillir autant de fonctionnaires supplémentaires.

 

Les conséquences de ces restructurations, de ces fermetures, de ces dissolutions se feront ressentir en premier lieu sur nos collègues et leurs familles, changements de service, changements d’horaires. Pour certains ils auront déjà subi le redéploiement Police Gendarmerie. Pour alimenter les risques psychosociaux, l’Administration ne pouvait pas mieux s’y prendre. Résignation, inquiétude, écoeurement voici l’ambiance actuelle dans les services. Aucune contrepartie n’est proposée. L’amélioration des cycles de travail n’est même pas étudiée par la Direction Départementale.

 

Pour les représentants FSMI/FO le message est clair : Défendre et améliorer les conditions de travail de nos Collègues. Préserver leurs vies familiales. Défendre le service de sécurité de proximité par un refus catégorique du démantèlement du service public.

RégionsÉchos de la région VERSAILLES