Déclaration préalable de la CAPIC du 27 mars 2017

27 mars 2017

UNITÉ SGP POLICE ne souhaitait pas prendre la parole à cette CAPIC mais l’urgence de la situation nous amène à le faire.

 

Nous avons appris la future réorganisation de la DSPAP dans l’urgence alors que celle-ci se préparait depuis de longue date, à huis clos, à la Préfecture de Police.

 

Nous déplorons l’absence totale de concertation en amont de cette réforme.

 

UNITÉ SGP POLICE n’accepte pas de se trouver devant le fait accompli.

 

Nous demandons de participer activement aux réunions qui doivent se tenir au sein de chaque territoire, et que la représentativité de nos collègues soit juste par rapport au volume du CEA.

 

UNITÉ SGP POLICE ne sera pas complice de la dégradation des conditions de travail, déjà difficiles, de nos collègues.

 

Moins de policiers, c’est moins de sécurité, pour eux comme pour le citoyen.

 

Le Grand Paris ne peut pas se réduire à des fusions ou des circonscriptions d’agglomération.

 

Nous n’accepterons pas que le service public Police soit sacrifié sur le sacro-saint autel d’économies budgétaires car c’est bien de cela dont il s’agit.

 

UNITÉ SGP POLICE annonce dès ce jour qu’il occupera la Voie Publique afin d’alerter politiques et citoyens et qu’il mènera autant d’audiences qu’il en faudra auprès des élus afin d’éviter ce démantèlement du service public.

 

Dans un contexte aujourd’hui sensible, où la sécurité est un véritable enjeu, il est hors de question de mégoter avec la tranquillité et la sécurité de nos citoyens.

 

UNITÉ SGP POLICE ne reculera devant rien et n’exclut AUCUN moyen d’action pour protéger les conditions de travail des Policiers de la Préfecture de Paris.

 

Nous demandons que cette déclaration préalable soit jointe au procès-verbal de la CAPIC.

RégionsÉchos de la région PARIS