Des ordres dangereux et inadmissibles

13 mai 2016

Le jeudi 12 mai 2016 à Saint-Étienne, en fin d'après midi, plus de 15 policiers ont été blessés après avoir été violemment agressés par des casseurs lors d'une manifestation contre la loi travail.

 

Alors que sur le territoire national, plus de 300 policiers ont été blessés, et que la détermination de certains manifestants est optimale, UNITÉ SGP POLICE-FO  Loire ne comprend pas et dénonce les instructions données lors de ce maintien de l'ordre.

 

Pourquoi les policiers de la B.A.C. et de la S.I. ont-ils eu interdiction d'utiliser les moyens intermédiaires de défense (flash-ball, lance-grenades, grenades...) face à 300 casseurs qui les prenaient à partie et mettaient leurs vies en danger ?

 

Est-il nécessaire de rappeler que ces dispositifs sont destinés à protéger les policiers.

 

Pourquoi ces mêmes policiers ont ils eu pour instruction de libérer des individus interpellés et menottés ?

 

Comment peut-on envoyer des fonctionnaires de police à l'abattoir sans leur donner les moyens de se défendre ?

 

Les policiers essayent de maintenir l'ordre, d'assurer la sécurité et la paix publique.

 

Ils ne tiennent, que parce qu'ils croient dans leur institution.

 

UNITÉ SGP POLICE-FO Loire n'accepte pas que cette même institution les prive d'utiliser les moyens intermédiaires de défense pour protéger leur intégrité physique, leur vie.

RégionsÉchos de la région SUD-EST