Des revendications cohérentes pour Evry (91)

12 janvier 2016

Le 8 janvier 2016, lors de l'inauguration de l'extension de l hôtel de police d'Evry par le 1er ministre et le ministre de l'intérieur, une délégation UNITÉ SGP POLICE-FO composée de Frédéric DE OLIVEIRA, secrétaire départemental 91, Olivier MICHELET, secrétaire départemental adjoint, Dominique LE DOURNER, délégué national et Jean Pascal STADLER, secrétaire régional VERSAILLES a été reçue par Mr François MAINSARD, conseiller du ministre de l'intérieur.

 

A cette occasion, nous avons pu évoqué les nombreux problèmes de ce département :

 

  • les manques d'effectif créés par la RGPP et approuvé par le syndicat majoritaire actuel dans le protocole d accord qu'il a signé seul en octobre 2008.
  • le manque de moyens matériels de toutes sortes.
  • les trop nombreuses tâches indues. (Garde rabbin, imam ou garde de l'ex épouse du 1er ministre, ancien maire de cette ville)
  • le fonctionnement désastreux du commissariat de Brétigny-sur-Orge ou les travaux de sécurité toujours attendus aux Ulis mais également les projets de construction d’Étampes et Corbeil.
  • les poursuites judiciaires et réponses pénales sont trop souvent mal ressenties et incomprises.

 

Ces problèmes ont été pour la plupart déjà dénoncés lors de 2 visites en 2012 et en 2014 restées sans réponses et donc sans solutions.

 

Sans faire l'affront de détailler les revendications nationales largement diffusées suite au rassemblement du 14 octobre 2015, place Vendôme et lors de la rencontre avec le président, nous en avons rappeler les grandes lignes.

 

Nous avons également profité de cette entrevue pour rappeler 2 points très importants et qui concernent plus particulièrement la région Île de France.

 

  • Le maintien de l'ASA pour tous les policiers de cette région qui reste la plus sensible du territoire qui ont payé un trop lourd tribut en 2015.
  • le maintien des MAD dans les Associations Départementales d'Action Sociale (ADASP),très utiles pour nos collègues agissant sur des sujets comme le logement ou la restauration où notre ministère de tutelle est quasiment absent.

 

Le social et la reconnaissance, deux maitres mots indispensables.

 

En supprimant ces 2 acquis à notre région, notre administration démontre qu'elle ne connaît pas le sens de ce mot.

RégionsÉchos de la région VERSAILLES