DOPC

17 février 2020

GOUVERNER C’EST PRÉVOIR, ET PRÉVOIR C’EST APPRÉHENDER LES CHOSES AFIN QUE TOUT SE PASSE POUR LE MIEUX.

 

Samedi 15 février 2020, les BRAV et les Compagnies de la DOPC sont une nouvelle fois décalées, à la dernière minute : Prise de service 10 heures.

 

Lors du briefing, la hiérarchie s’empresse d’aviser les fonctionnaires de Police :  « La mission risque d’être courte donc PAS de prise en compte alimentaire. »

 

Immédiatement, notre organisation saisit le Directeur de la DOPC sur ce point, exprimant son mécontentement. 

 

Sa réponse est sans appel : « Vacation courte signifie que nous sommes dans la vacation normale. Le fonctionnaire n’est nourri que si l’on dépasse la durée normale. » Puis, il nous précise le coût de la prise en compte alimentaire depuis le début de l’année : « 90 000 euros depuis le début de l’année, sur un budget de 400 000 euros. »

 

LA RÉPONSE D’UNITÉ SGP POLICE À M. LE DOPC :

 

Fin de service pour ces fonctionnaires : 19h30.

Une vacation de 9h30 n’est pas une vacation normale, la prise en compte alimentaire aurait dû être prévue.

Quand on n’a pas les moyens de ses ambitions, on ne fait pas subir les conséquences de son impéritie à ses effectifs, surtout lorsque, depuis leur création, ces derniers sont surexploités, et ce dans le but de se mettre en lumière.

 

UNITÉ SGP POLICE IDF demande une prise en compte alimentaire automatique dès lors que nos collègues seront décalés.

 

Alors que Monsieur le DOPC s’offusque des déclarations de notre organisation lorsque nous effectuons des comparaisons avec les collègues CRS, il devrait prendre exemple sur eux :

Prise en charge alimentaire systématique « entrée/plat/dessert et une bouteille d’eau » pour une vacation normale de 7h48. 

 

Plutôt que d’effectuer des petites économies sur le dos des Policiers de la DOPC, Monsieur le Directeur devrait demander des fonds supplémentaires.

RégionsÉchos de la région PARIS