Gale : Une prise en charge initiale déplorable

09 février 2018

Alors qu'un collègue du GAJ NUIT était contaminé par cette maladie, certes bénigne mais contraignante, la réaction de l'administration s'est avérée catastrophique.

 

Difficultés à reconnaitre l'origine professionnelle de la maladie, mise en doute de l'hygiène de ce personnel et non prise en compte du caractère contagieux.

 

Et pour en rajouter à ces graves dysfonctionnements, la médecine de prévention au niveau local minimisait aussi les conséquences possibles.

 

Résultat : 2 collègues supplémentaires infectés..... et même réflexions douteuses les concernant.

 

UNITÉ SGP POLICE FO 54 a du insister auprès des différents acteurs locaux afin que les bureaux et les véhicules du GAJ soient enfin désinfectés. Nous avons du prendre attache auprès de l'échelon national de la médecine de prévention pour qu'enfin une solution soit proposée.

 

Il a fallu que Monsieur le D.D.S.P. s'implique plus dans ce dossier pour que ce dernier avance.

 

Une réunion a eu lieu avec les collègues du GAJ afin de mettre un terme à ce qui pourrait devenir une épidémie.

 

Alors OUI c'est une maladie bénigne, ce qui explique sans doute la légéreté avec laquelle l'administration l'a géré.

 

Mais NON elle n'implique pas que le fonctionnaire, mais sa famille, son épouse, ses enfants son habitation, son véhicule personnel etc.... Le policier n'est pas un sous citoyen.

 

Une telle épidemie ne saurait se reproduire.

 

UNITÉ SGP POLICE FO 54 évoquera cette situation lors du prochain CHSCT.

 

Enfin il serait profitable à tous les acteurs de ce dossier de cesser de débiter des contre-vérités médicales devant les collègues et de mettre en doute leur hygiène et leur probité en les menaçant de contrôle médicale.

 

A bon entendeur.....

RégionsÉchos de la région EST