Le député Perea et le maire Martin au soutien des CRS-MNS

20 août 2019

Le député de la 2e circonscription de l’Aude et le maire de la Ville ont rendu visite aux CRS maîtres-nageurs-sauveteurs, lundi 5 août, à Port-La Nouvelle. Une occasion de réaffirmer leur soutien aux agents de cette profession menacée.

 

Voilà plusieurs années déjà que les CRS-MNS sont en sursis. Ne sachant pas s’ils seront à nouveau affectés sur les plages l’année suivante. L’enjeu est économique pour le ministère de l’Intérieur, qui affiche depuis plusieurs années la volonté de réintégrer les effectifs de maitres-nageurs-sauveteurs aux compagnies de CRS durant l’été.

2019 pourrait marquer un tournant. En tout cas, leur maintien est une bonne nouvelle pour eux puisque les manifestations des Gilets jaunes et l’organisation du G7 en France n’ont pas signé leur disparition.

À l’invitation du délégué national du syndicat Unité SGP Police, Éric Janssens, Alain Perea et Henri Martin se sont rendus à l’un des postes de secours de la plage de Port-La Nouvelle lundi afin de réaffirmer la nécessité de maintenir des policiers sur les plages et demander « une vue sur plusieurs années ». « Nous demandons un plan pluriannuel pour permettre aux maires d’anticiper l’organisation de la sécurité pendant la saison estivale, martèle Éric Janssens. Et nous attendons une position officielle de l’État qui démontre l’utilité des CRS sur les plages, car si demain il y a un problème (attentat ou autre), nous sommes les seuls habilités à intervenir. » Et d’affirmer en réponse à une missive du ministre de l’Intérieur en 2018, que « la sécurité des plages est une mission régalienne de l’État. »

Alain Perea, député de la 2e circonscription de l’Aude, s’associe à ce discours. « De Paris, ils ont une image déformée de la réalité. Ils pensent que les CRS passent leur journée à bronzer en regardant ce qu’il se passe dans des jumelles. Et c’est le travail des élus, députés et maires, de faire remonter qu’il y a un enjeu important sur les plages aussi, un besoin de sécurité en vacances. », détaille-t-il. Alain Perea fait partie du groupe d’études « Littoral » à l’Assemblée nationale et défend le maintien des CRS-MNS, notamment aux côtés du député des Landes, Lionel Causse. « Nous allons essayer d’obtenir des contrats de 3 ans entre les mairies et l’Etat sur les CRS. Et après au bout de trois ans, on se remet autour de la table et on rediscute. Les mairies ont besoin d’un peu plus de lisibilité », indique le député.

 

« Un service public précieux »

Le maire de Port-La Nouvelle, défenseur du maintien des CRS depuis la première heure, rappelle qu’il ne s’agit pas d’un « enjeu partisan » : « Tous les maires sont mobilisés, quel que soit leur parti politique ». « C’est un service public précieux. Si demain il faut payer un peu plus pour financer la formation des CRS-MNS, s’il faut s’engager plus, je le ferai », assure-t-il.

SpecialitésMNS/NS