Le mouvement des policiers 'en colère' a joué sur la stratégie des syndicats

26 janvier 2019

Une "participation massive" des policiers et une "polarisation du jeu syndical" : tels sont, selon Benjamin Pabion, les principaux enseignements des élections professionnelles de 2018 dans la police nationale.

 

Docteur en science politique et auteur d’une thèse sur le syndicalisme policier, le chercheur estime que le "discours plus revendicatif et incisif" d’UNITÉ SGP POLICE - FO a sans doute permis à l’organisation de redevenir première chez les gardiens de la paix, même si la "défaite" d’Alliance police nationale "est à relativiser".

 

Quelques mois après le mouvement des policiers dits "en colère", il note que nombre de fonctionnaires "s’interrogent sur le sens de leur métier". "L’un des enjeux de ces prochaines années sera donc, pour les syndicats, de mettre des mots sur ces questionnements."

 

Retrouvez l'intégralité du lu-pour-vous dans le PDF

PublicationLu pour vous