Le rapport de l’IGPN sur l’affaire de Nantes ne répond pas aux bonnes questions et dessert nos collègues de terrain