Les Policiers au bord de la rupture

24 août 2018

Il y a un an, ils étaient plusieurs dizaines de policiers à manifester pour l'ouverture de la foire de Châlons à l'occasion de la venue du Premier ministre pour y dénoncer leurs conditions de travail.

 

«Malheureusement, rien n'a changé depuis, déplore Christian Pous, secrétaire régional Champagne-Ardenne du syndicat UNITÉ SGP POLICE.

 

Il manque 25 gradés et gardiens de la paix par rapport à l'effectif de référence dans la Marne. Sans parler des locaux souvent inadaptés et d'un parc automobile insuffisant et parfois inadapté aux contraintes opérationnelles.»

 

En cette rentrée le passage du Stade de Reims en Ligue 1 de football, les renforts extérieurs et le niveau de surveillance élevé dû aux attentats, engendre toujours plus d'activités de la part des forces de police.

 

«Sans effectif supplémentaire, cela signifie que l'on doit rappeler sans arrêt les collègues en vacances. On a même droit maintenant officiellement à des «Congés rappelables». C'est-à-dire que vous posez des congés qui peuvent jusqu'au dernier moment être supprimés car on a besoin de vous.

 

C'est un vrai problème pour l'organisation de la vie privée qui est déjà très compliquée pour les policiers.»

 

Retrouvez l'intérgralité du lu-pour-vous dans le PDF.

RégionsÉchos de la région EST