Mesures judiciaires disproportionnées

01 juin 2017

«Bien que nous déplorons le comportement reprochable de notre collègue, en revanche les mesures judiciaires prises à son encontre sont disproportionnées», déclare Yves LEFEBVRE, Secrétaire Général.

 

UNITÉ SGP POLICE s’interroge sur le traitement judiciaire réservé à un policier du Commissariat de BREST.

 

Alors que ce policier était à plusieurs reprises agressé par des individus multirécidivistes, puis violemment frappé par ces mêmes personnes, toutes ont été remises en liberté sur instructions du juge des libertés.

 

Se trouvant hors service, place de la liberté à BREST, notre collègue était violenté et jeté à terre par ses agresseurs.

 

Choqué et laissé proche du Commissariat, il a récupéré son arme de service, puis est retourné sur les lieux, faisant usage de son arme, en tirant en l’air à deux reprises.

 

A sa charge, au moment des faits notre collègue était sous l’emprise de l’alcool et c’est sans surprise que la profession a condamné cet agent, qui a été immédiatement sanctionné et suspendu.

 

Le 31 mai, il était présenté devant le Procureur et le Juge des libertés, ce dernier décidait de son placement en détention, aux motifs de sa propre sécurité.

 

Pour autant, bien que nous déplorons le comportement reprochable de notre collègue, les mesures judiciaires prises à son encontre sont disproportionnées.

 

En effet, cette détention ne s’imposait pas et aurait pu être substituée par un contrôle judiciaire très strict.

 

Cette affaire suscite un vif émoi un sein de la communauté policière Brestoise, considérant qu’il s’agit là d’une justice à deux vitesses.

 

Contact Presse : Yves LEFEBVRE 0604596855 - Paul LE GUENNIC 0660881262

PublicationCommuniqués de presse