Mobilisation du 5 décembre

22 novembre 2019

UNITÉ SGP POLICE-FO se joint à la mobilisation du 5 décembre 2019 dans la police, le SCSI et le SCPN s’en démarquent

 

"Faisons nous entendre le 5 décembre", écrit UNITÉ SGP POLICE-FO dans un tract publié mardi 19 novembre 2019. Le premier syndicat de gardien de la paix rejoint ainsi l’appel à la mobilisation lancé par Alliance police nationale (CFE-CGC) et l’Unsa le jour de la grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites.

 

UNITÉ SGP POLICE-FO "est et restera dans l’esprit de l’intersyndicale", ajoute l’organisation en référence à la manifestation de policiers organisée le 2 octobre dernier à Paris. Dans un communiqué commun, le SCSI et le SCPN appellent à poursuivre le travail en intersyndicale.

 

"Nous allons réveiller l’administration !" assure UNITÉ SGP POLICE-FO, mardi 19 novembre 2019. À l’image d’Alliance police nationale et de l’Unsa police (lire sur AEF info), le syndicat de gardiens de la paix appelle à une mobilisation "dans tous les services de 10 heures à 15 heures", jeudi 5 décembre 2019. Comme ses homologues, l’organisation appelle à plusieurs actions afin de protester contre le "mal-être général de la profession" : "Fermeture symbolique des commissariats", "intervention uniquement sur appel 17", "zéro procès-verbal" ; "augmentation des contrôles dans les PAF", ou encore "grève des personnels administratifs techniques et scientifiques".

 

UNITÉ SGP POLICE-FO précise que son action s’inscrit "dans la continuité de l’intersyndicale" à l’origine de la "grande manifestation du 2 octobre 2019" (lire sur AEF info).

 

"NOUS DEVONS ÊTRE UNIS POUR ÊTRE ENTENDUS !"

Dans un communiqué commun publié jeudi 21 novembre 2019, le SCSI (CFDT) et le SCPN (Unsa), majoritaires dans le corps des officiers et dans celui des commissaires de police, accusent justement les syndicats de gardiens de la paix de "rompre avec l’intersyndicale". "Nous devons être unis pour être entendus !" affirment les deux syndicats. "Imaginons-nous vraiment cette journée d’action sans les CRS et l’ensemble des forces de police parisiennes et de province dédiées au maintien de l’ordre, comme de nombreux autres collègues qui seront ce jour-là sur tous les fronts ?" s’interrogent le SCSI et le SCPN en référence aux nombreuses manifestations à prévoir ce jour-là.

"Nous proposons une réunion immédiate de l’intersyndicale afin d’établir un calendrier d’actions", poursuivent les deux syndicats. "Nous demandons à ce que celle-ci soit reçue en urgence [par le ministre de l'Intérieur] avant le 5 décembre pour poursuivre le dialogue dans une démarche constructive", ajoutent le SCSI et SCPN, qui estiment que Christophe Castaner "aurait dû entendre" le signal "très fort" envoyé par les policiers le 2 octobre dernier "et y répondre". "En l’absence de réponse du ministre, nous serons contraints de passer ensemble des sommations à l’action."

PublicationLu pour vous