Mutations à l’article 25 inacceptables au CSP Périgueux

02 octobre 2018

Le 25 septembre 2018, lors d’un entretien avec M. Pascal LALLE, DCSP, assisté de M. Luc CHALON, S/DRHL, UNITÉ SGP POLICE a souhaité comprendre les motivations qui l’ont conduit à faire une demande de mutation à l’article 25 pour 2 gradés du CSP Périgueux (24).

 

Dixit le DCSP, ces 2 fonctionnaires :

 

  • Refusent le nouveau fonctionnement de leur unité d’investigation
  • Sont déloyaux avec leur hiérarchie

 

UNITÉ SGP POLICE condamne la violence d’une telle décision administrative ! (3 jours entre la notification et la date d’effet de leur mutation à plus de 100 km de leur affectation actuelle).

 

UNITÉ SGP POLICE conteste l’usage de l’article 25 pour sanctionner des manquements, la règle administrative étant la procédure disciplinaire.

 

UNITÉ SGP POLICE dénonce le recours à la double sanction puisque ces 2 collègues ont fait l’objet de sanction du 1er groupe pour les mêmes manquements.

 

UNITÉ SGP POLICE est consterné que l’on reproche un manquement à la loyauté, non pas pour des liens avec un malfrat, mais avec le magistrat en charge de leur spécialité.

 

UNITÉ SGP POLICE est affligé qu’un directeur central puisse prendre de telles décisions impactant lourdement la vie de ses personnels, sans qu’il leur soit permis d’apporter leur contradiction.

 

UNITÉ SGP POLICE ne peut accepter que l’affectation des policiers, souvent obtenue après de longues années d’attente, puisse être attaquée sur un «coup de menton» d’un chef de service.

 

C’est une fragilisation de l’affectation administrative !

 

Tous ces principes administratifs piétinnés par la chaine hiérarchique «police nationale» dans sa globalité sont autant de facteurs de risques psycho sociaux.

 

Face à un tel corporatisme qui conduit à des brutalités envers nos collègues, UNITÉ SGP POLICE en appelle au ministre de l’intérieur qui présidait, il y a peu, un CHSCT extraordinaire dédié au suicide. 

RégionsÉchos de la région SUD-OUEST