Plateau-de-Haye : réaction d’un syndicat de policiers

07 février 2018

Suite à notre dossier «Pic de délinquance  au  Plateau-de-Haye», le syndicat UNITÉ SGP POLICE FO 54 «se félicite enfin de la prise de conscience après de multiples relances de notre part des problèmes de sécurité quotidiens aux  différents  acteurs  rencontrés par les habitants du quartier.

 

Nous tenons à rappeler que nous sommes sans cesse confrontés à la violence de ces délinquants, que nous avons agi et que nous continuons d'agir, que nos collègues en payent d'ailleurs le prix (outrages, crachats, caillassages, attroupements, guet-apens et même tirs à balles réelles)».

 

Le syndicat rappelle aux bailleurs leur responsabilité «le devoir de protection envers les locataires. Une société de sécurité aux horaires adaptés montrerait que l'encaissement des loyers n'est pas l'unique préoccupation de ces bailleurs».

 

En clair, les fonctionnaires de police ont le sentiment d'être parfois appelés pour régler des problèmes de conciergerie qui pourrait être réglés par, pourquoi pas, une société privée.

 

Le syndicat en tout cas souligne que le Directeur départemental de la sécurité publique de Meurthe-et-Moselle, Nicolas Jolibois, «a organisé de multiples opérations sur le Plateau de Haye. Nous attendons d'ailleurs une réponse ferme de la justice pour ne pas retrouver le lendemain dans ces quartiers les interpellés d'hier».

 

Le syndicat rappelle que la situation est toute aussi problématique dans d'autres quartiers de la métropole et rappelle qu'il manque toujours une cinquantaine de fonctionnaires à l'hôtel de police de Nancy-Lobau.

RégionsÉchos de la région EST