Rémi Fraisse, une affaire d'état ?

14 novembre 2014

Les gendarmes savaient que lorsque Rémi Fraisse s’est effondré après l’explosion de l’une de leur grenade, que la situation était grave. Deux journalistes du Monde ont eu accès au PV retraçant les conversations des gendarmes au moment de la mort du jeune garçon.  

 

Peu avant 2 heures du matin, dans la nuit du 25 au 26 octobre, les forces de l’ordre lancent une grenade offensive en direction d’un groupe de manifestants, dont fait partie Rémi Fraisse. Après l’explosion, les gendarmes voient tomber le jeune homme. « C’est bon, il va se relever », crie l’un d’entre eux. Mais il ne se relève pas. Quelques minutes plus tard, un peloton s’élance pour récupérer le blessé. « Il respire ou quoi ? » s’inquiète un supérieur. La mort du jeune homme est constatée très vite. « Il est décédé le mec… Là, c’est vachement grave … Faut pas qu’ils le sachent », s’exclame un gendarme. « Ils », fait référence aux manifestants selon la gendarmerie. Il ne s’agirait pas d’une volonté d’étouffer l’affaire.  

 

Autre révélation : le lieutenant-colonel qui commandait le dispositif affirme sur PV : « Le préfet du Tarn nous avait demandé de faire preuve d’une extrême fermeté », ce qu’intéressé dément.  Ces révélations viennent de nouveau embarrasser le ministère de l’Intérieur et le gouvernement, dans un dossier déjà très sensible. Pourquoi la préfecture du Tarn a-t-elle annoncé seulement le lendemain, le dimanche 26 octobre, que « le corps d’un homme a été découvert par les gendarmes », sous-entendant que les forces de l’ordre étaient tout à fait étrangères à son décès ? Comment Bernard Cazeneuve a-t-il pu prétendre pendant 48 heures ignorer les circonstances de ce décès ?  

 

Hier après-midi, à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur a tenu à se défendre : « Il n’y a pas, dans cet hémicycle, ceux qui veulent savoir la vérité et les autres qui s’emploient à l’occulter ».  Les autorités ont-elles menti ? Cette affaire peut-elle mettre en danger Bernard Cazeneuve ?

 

Retrouvez les interventions de Grégory Joron, délégué national au secteur CRS, sur LCP ou retrouvez l'émission complète ICI 

PublicationActualités