Ras le bol à la CSP de l’ONDAINE (42)

06 février 2017

Près des 2/3 des policiers en roulement de jour, en arrêt de travail.

 

Alors que nous dénonçons depuis des années les conditions de travail des policiers de l’ONDAINE : sous-effectif, locaux inadaptés et non sécurisés, manque de moyens matériels, la perspective de la mise en place d’un cycle de travail (4/2 compressé) imposé par l’administration est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

 

La bonne gestion des ressources humaines devrait imposer de prendre en compte les difficultés rencontrées au quotidien par nos collègues et d’accéder à leur volonté de travailler en 2-2/3-2/3-2 (cycle dit «du jour fort»).

 

Quelle considération porte t-on à nos collègues et à leur investissement, en leur imposant un cycle de travail faisant abstraction de leur vie familiale, sociale, et de toute prévention des risques psychosociaux ?

 

UNITÉ SGP POLICE apporte tout son soutien aux policiers de l’ONDAINE et saisit dès à présent la cellule de veille des risques psychosociaux du CHSCT de la Police Nationale dans la Loire. 

RégionsÉchos de la région SUD-EST