Resociabiliser les Policiers

01 juin 2018

"Ce n'est pas tous les jours qu'on reçoit un secrétaire général, donc forcément il y a du monde !"

 

Soixante-dix des quatre cents agents de la Police Nationale de Reims étaient présents, hier matin, dans les locaux du commissariat Rémois, pour écouter Yves Lefebvre, le patron du 2° syndicat de la Police.

 

UNITÉ SGP POLICE, a animé une réunion d'information, à six mois des élections professionnelles, où le syndicat ambitionne de ravir la première place à Alliance.

 

"Améliorer le pouvoir d'achat": Parlant à "la base", adepte du franc-parler, Yves Lefebvre est revenu sur les conditions matérielles générales (équipement) et sur des points plus précis (Avantage Spécifique d'Ancienneté, réforme des régimes de retraite, etc...).

 

Mais le thème central, après plusieurs mouvements de contestation révélant, ces dernières années, le malaise dans la Police, a surtout concerné l'amélioration des conditions de travail et du bien-être des agents.

 

"Il faut resociabiliser les Policiers" en leur permettant de passer plus de temps avec leur famille grâce à la réforme des rythmes horaires a plaidé le secrétaire général accompagné de trois secrétaires nationaux.

 

Le syndicat réclame toujours de travailler un week-end sur deux au lieu de un week-end sur six pour lutter contre les risques psychosociaux. "Il y a encore eu 17 suicides dans la Police depuis janvier, argumente Christian POUS, représentant UNITÉ SGP POLICE de la Marne.

 

On finit hélas par s'habituer à des chiffres aussi élevés dans la profession, il faut fait quelque chose pour améliorer les conditions de travail. Yves Lefebvre a encore dit "Stop à la politique du chiffre" et "Stop aux primes individuelles qui divisent les collègues".

 

Il a, au contraire, réclamé une revalorisation de la qualification OPJ et des mesures pour améliorer le pouvoir d'achat des Policiers.

 

Guillaume Levy

RégionsÉchos de la région EST