Situation quasi insurrectionnelle

01 décembre 2018

«Devant la violence des manifestations et celles perpétrées sur nos collègues, il est urgent que le Gouvernement et le Président de la République assument enfin leurs responsabilités», déclare Yves LEFEBVRE, Secrétaire Général.

 

UNITÉ SGP POLICE FO condamne avec force les violences perpétrées à l’encontre de nos collègues à PARIS mais aussi sur l’ensemble du territoire par des casseurs de tous bords ayant réussis, une fois de plus, à infiltrer la manifestation des gilets jaunes.

 

Ce nouvel épisode de violences fait suite au mutisme du Gouvernement devant les doléances des gilets jaunes.

 

Cela fait maintenant plus de 15 jours que les policiers font des vacations et des horaires à n’en plus finir et qu’ils doivent affronter des manifestants dans de véritables épisodes de guérilla urbaine.

 

Cette situation ne pourra durer car les personnels n’en peuvent plus, ils sont épuisés faute de pouvoir prendre un minimum de repos.

 

Aussi, UNITÉ SGP POLICE FO demande au Gouvernement et plus particulièrement au Président de la République, qu’ils assument enfin leurs responsabilités et entament un véritable dialogue.

 

Nos collègues ne doivent pas être les boucs émissaires de l’autisme d’un gouvernement qui se refuse de voir combien ses fidèles serviteurs que sont les policiers, souffrent.

 

Les policiers ont atteint un point de non-retour tant les agressions et les violences à leur encontre se multiplient et se banalisent, les mettant, ainsi que leurs proches, en danger jusque dans leur vie privée.

 

UNITÉ SGP POLICE FO interpelle à nouveau le Président de la République qui se doit d’être le garant de la sécurité des forces de l’ordre en service et hors service et lui demande à être reçu d’urgence.

 

La colère policière est également immense et les personnels ne pourront supporter plus longtemps d’être utilisés de la sorte, comme dernier rempart de la République, sans risquer d’incidents.

PublicationCommuniqués de presse