Trop c'est trop

12 février 2018

Les policiers sont à bout !

 

  • Quand la gendarmerie ne peut pas assurer les tâches indues, elle dit NON
  • Quand la justice ne peut pas assurer les tâches indues, elle dit NON
  • Quand la DDSP du Cher ne peut pas assurer les tâches indues, elle dit .........OUI

 

Dernier exemple en date, le jeudi 8 février 2018, alors que le GSP, la BAAJ et une partie de la brigade de roulement assuraient une garde de détenu à l'hôpital et la sécurisation de la session de la cour d'assise, la préfecture du cher décidait de faire conduire un étranger en centre de rétention au Mesnil Amelot après une garde à vue.

 

Malgré l'absence de personnel et l'habitude de dire oui, l'unique patrouille police secours sur la circonscription de Bourges a été requise pour assurer cette mission et cela en plus l'alerte aux pluies verglassantes et 5 heures de vacations déjà réalisées.

 

Résultat, la brigade anticriminalité et les motards ont assuré les missions police secours sur l'agglomération de bourges.

 

Comment peut-on dire OUI alors que cela n'était pas possible et dangereux pour nos collègues.

 

N'étant pas du fait de la hiérarchie UIAAP qui ne fait qu'obéir aux ordres, interrogée sur cette façon de dire toujours "OUI" aux détriments des conditions de travail de nos collègues, Mme la DDSP du Cher nous indique refuser des missions.

 

Alors comment les autres institutions arrivent elles à dire "NON"

RégionsÉchos de la région CENTRE