UNITÉ SGP POLICE face à la réalité de la menace terroriste

13 avril 2018

Le vendredi 23 mars au matin, après avoir abattu Jean Mazières et grièvement blessé Renato Silva aux Aigles de la Cité, c'est aux abords du cantonnement de la CRS 57 que Radouane Lakim s'était rendu pour poursuivre son noir dessein. Là, le néo-terroriste carcassonnais avait pris pour cible quatre policiers marseillais qui revenaient de leur footing, blessant l'un d'eux à une épaule. Six douilles avaient été retrouvées par les forces de l'ordre qui sont intervenues sur place.

 

«Des aspects qu'il faut améliorer»

Hier, c'est dans ce contexte que le secrétaire général du syndicat «UNITÉ SGP POLICE», Yves Lefebvre, s'est rendu à Carcassonne pour y rencontrer les représentants locaux et départementaux dans l'Aude. Mais également pour suivre au plus près tous les enseignements tirés des retours d'expérience et des analyses liées aux trois attaques terroristes (aux Aigles, près de la CRS et au Super U, Ndlr) qui ont fait quatre morts, quinze blessés et des dizaines de personnes traumatisées. Sur ce point, le secrétaire départemental adjoint, Lilian Brunel fait ressortir «que l'ensemble n'a pas été trop mal géré dans l'ensemble, même si certains aspects restent à être améliorés...»

 

Hier, en fin de matinée, c'est tout d'abord au sein de l'hôtel de police de la préfecture audoise qu'Yves Lefebvre s'est rendu. «Après ma visite au commissariat, je déplore qu'une organisation syndicale ait pu entraver la tenue de la commission nationale d'hygiène, sécurité et des conditions de travail (CHSCT), prévue lundi et mardi dernier, car j'ai pu constater que les effectifs carcassonnais travaillent dans un véritable taudis !»

 

Renforts d'effectifs nécessaires...

Sa visite de l'hôtel de Police terminée, le secrétaire général du syndicat «UNITÉ SGP POLICE» s'est ensuite rendu à la maison des syndicats, où se tenait un comité départemental au siège de l'UD FO. «Je tenais à venir à Carcassonne dans ce contexte malheureusement très particulier, suite aux événements à caractère terroriste survenus à Trèbes et Carcassonne, ainsi qu'à la tentative d'assassinat sur des collègues CRS», a indiqué Yves Lefebvre.

 

Avant de souligner que «ce drame atteste que la France rurale et la Police nationale ne sont plus à l'abri des velléités des terroristes... Les policiers sont devenus des véritables cibles sur la voie publique !» Un constat inquiétant, d'où le caractère indispensable «de renforts d'effectifs conséquents, avec une organisation adaptée pour combattre cette problématique supplémentaire».

Pour finir, Yves Lefebvre a apporté sa confiance aux sections locales syndicales (commissariat et CRS 57), «afin de suivre au plus près les réponses apportées en termes de moyens et d'organisation face à ce nouvel acte terroriste. Je ne manquerai de suivre particulièrement ce dossier, et de rapporter en haut lieu les attentes des policiers audois.»

 

PublicationActualités