Y a-t-il encore un pilote dans l’avion ?

11 février 2020

Pour rappel, depuis 2016, ce ne sont pas moins de deux cellules de veille, un CHSCT National, une manifestation de fonctionnaires concernant de nombreux Burn out, arrêts maladies et soucis de management.

 

Le lundi 10 février, se tenait une réunion présidée par le Directeur zonal de la police aux frontières en présence de la Directrice adjointe, des 3 organisations syndicales représentatives, du chef de service, de son adjoint et des nombreux collègues de l’unité d’éloignement, l’adjoint de sécurité de la cellule de soutien opérationnel.

 

L’ordre du jour portant sur un changement de cycle horaire de l’éloignement émanant du chef de service du CRA.

 

Le chef du service nous fait une présentation chiffrée sur l’activité 2019 en prenant en référence le samedi et le lundi.

 

UNITÉ SGP POLICE, maitrisant parfaitement les chiffres a démontré, preuves à l’appui, que les chiffres avancés par le Commandant n’étaient pas la réalité et que nous ne pouvions cautionner cette supercherie en validant un quelconque changement d’horaire sur des chiffres tronqués .De plus, la totalité des fonctionnaires sont défavorables au changement d’horaire.

 

Face à cette situation « ubuesque », le Directeur a pris la décision, devant l’assemblée, de ne pas valider le changement d’horaire proposé par le Chef de service. Une nouvelle réunion sera organisée en fin d’année.

 

UNITÉ SGP POLICE souligne et remercie, la décision responsable du Directeur et demande que face à cette énième manipulation et la non prise en compte des problèmes de sécurité, des dispositions soient prises rapidement à l’encontre du Commandant Divisionnaire pour le bien être des collègues.

 

Nous nous tenons d’ailleurs à disposition pour envisager toutes mesures appropriées dans l’intérêt de tous…

RégionsÉchos de la région NORD